A l’école de la fraternité et de la tolérance


« A l’école de la Francophonie » est un projet humaniste guidé par une philosophie : celle selon laquelle la Francophonie représente avant tout un pont entre les peuples et entre les cultures. La langue française permet en effet à des personnes du monde entier de communiquer et de se comprendre. Elle sert à tisser des liens et à bâtir des réseaux d’amitié et de solidarité à travers le monde.

C’est de cette philosophie qu’est née l’idée de mettre en scène des personnages qui seraient chacun représentatif d’un pays du monde et qui communiqueraient entre eux en français. Il nous a semblé que les enfants qui apprennent le français en tant que langue étrangère pourraient de cette manière plus facilement donner du sens à leur apprentissage et alimenter ainsi leur motivation. De plus, il nous a paru essentiel de faire en sorte que l’apprentissage d’une langue étrangère soit aussi l’occasion d’encourager les jeunes apprenants à s’ouvrir aux autres cultures et à faire la découverte de l’altérité.

Le nom de notre école et le titre que nous avons choisi pour notre projet ont pour objectif de mettre en lumière cette philosophie, philosophie selon laquelle la Francophonie est une école : celle de la tolérance et de la fraternité.

Pour découvrir le projet, c’est ici !

4 réflexions sur “A l’école de la fraternité et de la tolérance

  1. C’est vrai ce que tu dis Emilie, c’est une question que je me pose tout le temps : savoir pourquoi et pour quoi on enseigne le français.
    Je souhaite que cet apprentissage se fasse sur le mode de l’échange, que chaque notion de français acquise soit comme un miroir d’une notion jumelle de la langue maternelle de l’enfant, autrement dit qu’apprendre une langue étrangère soit une occasion de découvrir la valeur de sa propre langue. Face à la montée des velléités identitaires, je souhaite que le français s’offre comme langue de communication culturelle entre des citoyens du monde qui n’en finiront pas de découvrir leurs richesses mutuelles et de s’en émerveiller. Le principe de A l’école de la francophonie devrait être utilisé dans toutes les écoles francophones, surtout et avant tout en métropole ! L’ensemble des apprentissages ne devraient-ils pas se faire sur la base de l’évidence de la diversité et de la nécessité des échanges entre les peuples ? Apprendre que tout le monde a une histoire et une Histoire avec un grand H, que la Terre n’a ni haut ni bas, que l’Europe n’en est pas le centre, que le Sud n’est pas plus « en bas » que le Nord est « en haut », que chacun a une langue qui participe du chant du monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s