A l’école de la Francophonie : la famille s’agrandit !


slideshow17La Francophonie = un pont entre les peuples !

C’est une belle image qui est au fondement de notre projet intitulé « A l’école de la Francophonie » et qui s’illustre aujourd’hui à la lumière d’un simple chiffre : les 70 premiers membres inscrits sur notre communauté sont originaires de plus de 30 pays différents !

Ainsi, notre famille francophone s’agrandit-elle progressivement pour contribuer, nous l’espérons, à la constitution d’un réseau d’enseignants, de parents et d’élèves qui ignore les frontières physiques. Une superbe opportunité en perspective pour développer des projets inter-établissements autour de la langue française…

N’hésitez plus et rejoignez notre communauté !

Ce projet est aussi le vôtre !

Et c’est ici : http://prof.ecoledelafrancophonie.com/

Un nouveau site pour l’école de la Francophonie !


Bonjour à tous,

Je suis actuellement en train de construire le nouveau site de « A l’école de la Francophonie » qui doit abriter notre méthode de français interactive pour enfants enfin disponible dans sa version démo (quelques corrections sont encore à venir).

Le site se compose de trois espaces distincts :

– le premier espace est une interface commune de présentation du projet qui doit permettre d’identifier le profil du visiteur avant de le rediriger vers l’espace qui lui correspond (enseignant ou parent d’élève, élève ou simple visiteur) ;

– le deuxième espace – actuellement en chantier mais déjà bien avancé – est dédié aux adultes (profs de français notamment, mais aussi parents d’élèves apprenant le français qui souhaitent accompagner leur enfant dans l’apprentissage de cette langue). On y trouve les dernières actualités du projet « A l’école de la Francophonie« , la présentation détaillée du projet, un espace de téléchargement (« les ressources ») de l’application interactive et de tout le matériel associé (actuellement en construction), et enfin, un réseau social avec la possibilité de s’inscrire et de participer à la vie d’une communauté de pratique à travers divers groupes et forums. Notez que l’inscription sur le site est nécessaire pour pouvoir accéder au réseau ainsi qu’aux espaces de téléchargement, ce qui pour nous a pour objectif de mieux cerner notre public cible et ses attentes… En revanche, que cela ne vous décourage pas car l’inscription est rapide, gratuite et n’engage à rien de particulier ! Néanmoins, si vous pouviez profiter de cet espace pour nous faire part de toutes vos réactions, nous en serions ravis !

– le dernier espace qui constitue mon prochain chantier est l’espace dédié aux enfants. Il n’est pas encore accessible mais devrait comporter un espace permettant de visionner et d’utiliser l’application en ligne, ainsi que des ressources complémentaires, des concours par exemple, et aussi un réseau social réservé aux enfants avec toutes les mesures de confidentialité nécessaires.

Voilà donc, je vous invite, si vous le souhaitez, à bien vouloir nous servir de « testeurs » pour ce site en allant en analyser toutes les fonctionnalités, potentialités et en nous faisant part de vos suggestions, remarques et commentaires.

L’adresse : http://www.ecoledelafrancophonie.com/

Merci d’avance pour le coup de main et à très vite !

Emilie

La cartographie 2.0 : retour d’expérience


Au programme du cours sur le web 2.0 cette semaine, la cartographie interactive ou cartographie 2.0.

Pour commencer, un peu de vulgarisation s’impose. Trois techniques de cartographie cohabitent actuellement :

– la cartographie SIG (= systèmes d’information géographique) qui a pour but d’organiser et de présenter des données alphanumériques spatialement référencées, ainsi que de produire des plans et des cartes. Ses usages couvrent les activités géomatiques de traitement et diffusion de l’information géographique. La représentation est généralement en deux dimensions, mais un rendu 3D ou une animation présentant des variations temporelles sur un territoire sont possibles.

– la cartographie 1.0 qui est un outil d’information et de communication,

– la cartographie 2.0 qui est un outil collaboratif fondé sur les technologies du web 2.0 par exemple les wikis avec wikimapia, un atlas collaboratif mondial, ou les réseaux sociaux avec Voisineo, un réseau social géographique.

Désormais, la cartographie n’est plus un outil réservé aux spécialistes et professionnels mais elle s’appuie sur des technologies accessibles au commun des mortels. Le grand public utilise quotidiennement la cartographie 2.0 afin de produire et de visualiser des contenus géolocalisés (réseaux routiers et de transports en commun, pistes cyclables, itinéraires, tourisme, services, etc.). La technologie GPS, par exemple, s’est énormément démocratisée au cours des dernières années.

En ce qui me concerne, j’ai testé plusieurs logiciels de cartographie interactive que je souhaitais utiliser dans le cadre de projets professionnels.

[…lire la suite]

Les outils de partage du Web 2.0


Le web 2.0, c’est la génération du « web social ». Et qui dit « web social dit « médias sociaux » et donc « outils de partage ». Les médias sociaux utilisent en effet l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de communication sociale, des individus ou des groupes d’individus qui collaborent créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l’indexent, le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations personnelles.

Outils de partage de documents, de signets, de flux, de bureau ou d’application, ils permettent tous de développer une approche collaborative du web. De nombreuses utilisations pédagogiques de ces outils de partage peuvent être menées. Par exemple, dans le cadre du projet « A l’école de la francophonie« , je dois coordonner le travail d’équipes pédagogiques de 9 pays partenaires et celui des équipes techniques, bailleurs de fonds, etc. Pour la réalisation pédagogique, nous utilisons principalement nos « vieilles » boites courriel, ce qui n’est pas, je le constate maintenant, l’option la plus simple (voir mon billet précédent sur les wikis)… Pour la coordination technique, nous utilisons des outils plus adaptés comme par exemple les Google Docs et un espace partagé pour le dépôt de documents et fichiers (Dropbox). Pour tout ce qui est communication, relations avec les bailleurs, nous avons également eu recours à des outils de partage de vidéos ou présentations comme Animoto ou Prezi. Les usages sont donc nombreux et plus encore dans le domaine de la gestion de projets TICE : le microblogging pour la veille pédagogique, les réseaux sociaux pour la pratique d’une langue en interaction et le dialogue interculturel, etc.

Pour tenter de classifier tous ces outils de partage, j’ai utilisé l’un d’eux et je vous propose donc de visionner mon premier Pearltrees (en cliquant sur le lien ci-avant). Les contributions sont bien entendu les bienvenues ! Ne s’agit-il pas de partager ?

Bonne navigation !

Mon expérience des réseaux sociaux


Mon expérience des réseaux sociaux a commencé il y a une dizaine d’années en Malaisie où mes amis  ne cessaient de m’envoyer des demandes d’ajouts à des listes sur des sites comme Friendster, hi5, Copains d’avant pour n’en citer que quelques exemples… Au départ, afin de ne pas décevoir les personnes qui m’avaient conviée à rejoindre leur groupe, je me suis inscrite, et de fil en aiguille, je me suis retrouvée avec cinq ou six comptes différents sur lesquels je n’allais qu’occasionnellement au point même que j’ai fini par n’y plus aller du tout et que cela n’a pas changé grand chose.

…Jusqu’au jour où Facebook a fait son apparition et qu’il a fait l’unanimité auprès de ces mêmes amis qui ont peu à peu délaissé leur système de réseautage traditionnel au profit de ce dernier. Je n’étais pas très tentée de renouveler l’expérience ratée des premiers temps et pourtant, je m’y suis inscrite pour trois raisons :

– Tout d’abord par curiosité : qu’y avait-il d’à ce point sensationnel dans ce nouvel outil pour que tout le monde s’y adonne ?

– Ensuite, j’ai eu la joie de retrouver ainsi de nombreux amis d’enfance perdus de vue (mais pas de coeur) ;

– Enfin, je me suis rendue compte que ces amis, pour la plupart, avaient tendance à délaisser complètement la messagerie traditionnelle et que pour les joindre, il me fallait passer nécessairement par le réseau social qui ne n’avait pourtant pas séduite outre mesure…

J’y suis donc restée et à ce jour, j’y fais encore une petite visite hebdomadaire histoire de prendre la température et quelques nouvelles (j’y apprends presque toujours quelque chose d’intéressant). J’y poste de temps en temps quelques nouvelles personnelles et des photos de ma famille, mais cela s’arrête là. Je ne suis pas très à l’aise avec l’idée d’avoir ma vie privée étalée sur des réseaux…

En revanche, là où j’apprends le plus sur l’usage des réseaux sociaux, c’est au niveau du centre de ressources que je gère ici à l’Université nationale du Laos. Ici, Facebook est devenu LE sport national ! Lorsque je m’absente pour une réunion à l’extérieur,…

[…lire la suite]

Identité numérique et pratique des médias sociaux


Comment construire son identité numérique ? Une question cruciale qui est au coeur des préoccupations des auteurs des deux fascicules que je vous présente aujourd’hui :

  • le guide d’initiation à la pratique des médias sociaux
  • le guide de l’identité numérique.

Je vous invite à les découvrir dès maintenant !

Bonne lecture !