Ma vision du e-learning à l’horizon 2030


En tant qu’actrice de la coopération internationale au service de l’amélioration des systèmes éducatifs des pays du Sud, mon idéal repose sur l’égalité de l’accès aux savoirs et la démocratisation des technologies. On estime en effet que d’ici 20 ans, plus de 95% de la population de la planète vivra dans les pays du Sud. Or, le grand problème de l’éducation dans ces pays est fondamentalement lié à la mauvaise formation des enseignants (tout particulièrement dans les zones rurales), et au trop grand nombre d’élèves par classe. A ce problème, les TICE et la formation à distance devraient à mon sens pouvoir apporter un début de réponse. Rappelons que les TIC ont fait leur apparition il y a une vingtaine d’années avec l’informatique personnelle, mais que leur utilisation effective s’est répandue dans l’enseignement il y a seulement une dizaine d’années. Aussi, lorsque l’on observe le chemin parcouru ces dix dernières années, il y a fort à penser qu’à l’horizon 2030, les choses auront encore passablement évolué.

Voici la manière dont je vois (et j’espère) le e-learning en 2030 :

–          Accès à l’éducation pour tous fondé sur l’Open Education (OpenED) et les Ressources Educatives Libres (REL),

–          Redéfinition du rôle de l’enseignant comme fil conducteur et guide accompagnateur dans l’acquisition des connaissances,

–          Redéfinition du rôle de l’institution éducative comme instance de validation des compétences et de certification,

–          Redéfinition du mode d’apprentissage fondé sur le plaisir d’apprendre, la simulation et le web collaboratif,

–          Redéfinition des lieux et des temps d’apprentissagegrâce aux technologies mobiles au cœur du processus d’acquisition,

–          Redéfinition du contexte d’apprentissageentre liberté-individualisation de l’apprentissage et encadrement institutionnel,

–          Anticipation efficace des contraintes et des risques liés aux nouvelles pratiques du web et aux pratiques d’apprentissage.

Pour plus de détails sur mon raisonnement, je vous invite à télécharger et à lire le document suivant : elearning_en_2030

Les outils de partage du Web 2.0


Le web 2.0, c’est la génération du « web social ». Et qui dit « web social dit « médias sociaux » et donc « outils de partage ». Les médias sociaux utilisent en effet l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de communication sociale, des individus ou des groupes d’individus qui collaborent créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l’indexent, le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations personnelles.

Outils de partage de documents, de signets, de flux, de bureau ou d’application, ils permettent tous de développer une approche collaborative du web. De nombreuses utilisations pédagogiques de ces outils de partage peuvent être menées. Par exemple, dans le cadre du projet « A l’école de la francophonie« , je dois coordonner le travail d’équipes pédagogiques de 9 pays partenaires et celui des équipes techniques, bailleurs de fonds, etc. Pour la réalisation pédagogique, nous utilisons principalement nos « vieilles » boites courriel, ce qui n’est pas, je le constate maintenant, l’option la plus simple (voir mon billet précédent sur les wikis)… Pour la coordination technique, nous utilisons des outils plus adaptés comme par exemple les Google Docs et un espace partagé pour le dépôt de documents et fichiers (Dropbox). Pour tout ce qui est communication, relations avec les bailleurs, nous avons également eu recours à des outils de partage de vidéos ou présentations comme Animoto ou Prezi. Les usages sont donc nombreux et plus encore dans le domaine de la gestion de projets TICE : le microblogging pour la veille pédagogique, les réseaux sociaux pour la pratique d’une langue en interaction et le dialogue interculturel, etc.

Pour tenter de classifier tous ces outils de partage, j’ai utilisé l’un d’eux et je vous propose donc de visionner mon premier Pearltrees (en cliquant sur le lien ci-avant). Les contributions sont bien entendu les bienvenues ! Ne s’agit-il pas de partager ?

Bonne navigation !

Identité numérique et pratique des médias sociaux


Comment construire son identité numérique ? Une question cruciale qui est au coeur des préoccupations des auteurs des deux fascicules que je vous présente aujourd’hui :

  • le guide d’initiation à la pratique des médias sociaux
  • le guide de l’identité numérique.

Je vous invite à les découvrir dès maintenant !

Bonne lecture !