Séquence 0.1 : Web 2.0, Web 3.0, Web 4.0…


Evolution du web : où en est-on ?

Web 2.0, Web² (ou Web squarred), Web sémantique, Web métis, Web 3.0, Web 3D, Internet 3.0 : tout ce métalangage apparaît bien flou aux novices comme moi qui n’ont du web que la connaissance superficielle de l’utilisateur et non celle plus pointue du spécialiste ou du technicien.

Et puis vient cette impression qu’en ce domaine tout bouge tellement vite qu’à peine aurons-nous compris en quoi consiste le Web 2.0 dans lequel, semble-t-il, nous évoluons, que nous serons déjà largement passés à l’étape supérieure et que nous aurons donc, bien malgré nous, toujours un train de retard.

En effet, si l’on en croit les spécialistes, « les ingrédients du Web de demain sont déjà là »[1]. Pour bien comprendre, un peu de vulgarisation s’impose :

Le Web 1.0, pour ainsi dire l’ancêtre de notre Web d’aujourd’hui, consistait principalement en la mise à disposition de documents et d’informations selon un schéma pyramidal : du webmaster vers les internautes. Les pages étaient statiques et les seules possibilités d’interaction étaient les forums ou les systèmes de messagerie électronique.

Le Web 2.0 a permis le passage à une vision plus dynamique, plus centrée sur les utilisateurs : les internautes peuvent à présent réagir aux informations contenues dans les sites (tags, commentaires…) et contribuer à l’élaboration des contenus (Wikipédia, Youtube, Flickr…). C’est l’époque de l’émergence des réseaux sociaux (Facebook, Twitter…), des blogs, de « l’intelligence collective »[2].

Comme l’indiquent Tim Berners-Lee, James Hendler et Ora Lassile dans leur article sur le Web sémantique[3], « actuellement, presque tout le contenu du Web est destiné à être lu, il n’est pas fait pour être manipulé de façon intelligente par des programmes informatiques ». Or, c’est là que réside l’idée du Web de demain, quel que soit le nom qu’on lui donne : utiliser des outils permettant de donner du sens aux informations afin de permettre aux utilisateurs d’utiliser la totalité du potentiel du Web. Le Web 3.0 est (ou sera ?) donc un système plus intuitif, centré sur les données. Certaines technologies de développement du Web sémantique existent déjà (XML et RDF notamment).

De plus, le Web de demain semble se dessiner sous les traits de la mobilité et de l’hyperconnectivité[4]. Il sera accessible en tout temps et en tous lieux. Le Web sera présent à travers les objets de tous les jours : ordinateur, téléphone portable, radioréveil, télévision, réfrigérateur[5], etc. Ce n’est certes pas encore le cas, mais l’émergence des feature et smartphones ces dernières années manifeste bel et bien de cette tendance.

Le web de demain sera également en 3D et en temps réel. Philippe Pérès écrivait en 2007 : « D’ici moins de 5 ans, vous accéderez à un bureau virtuel en 3D à partir duquel vous pourrez lancer différentes applications et accéder à des environnements web en 3D temps réel. » Près de cinq ans plus tard, il publie un article intitulé : « La 3D temps réel (enfin) à la portée de tous ! »[6].

Le Web de demain serait-il donc déjà d’actualité ? S’il n’est pas encore présent dans sa globalité, il semble que certains éléments du Web d’aujourd’hui présagent clairement de son apparition prochaine. Alors, à quand le Web 4.0 ?

2 réflexions sur “Séquence 0.1 : Web 2.0, Web 3.0, Web 4.0…

  1. Pingback: Evolution du web : où en est-on ? | E-portfolio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s